Le futur du microscope traditionnel

Présentations, questions et débats sur les microscopes.
Règles du forum
Présentations, questions et débats sur les microscopes.

Le futur du microscope traditionnel

Messagede bino » 04 Fév 2024 11:11

Bonjour à tous,

En constatant l'arrivée progressive des caméras microscopes USB indépendantes, mais aussi celle des microscopes pourvus d'écrans, où l'on observe le sujet, au lieu de le faire en portant son œil au niveau d'un oculaire, je me demande si, dans un avenir pas encore défini, tous les microscopes optiques ne seront pas devenus des simples périphériques, fonctionnant systématiquement par le biais d'un ordinateur, comme le sont déjà les imprimantes, les scanners, etc.

Déjà, pas mal de microscopes ne sont plus de purs instruments mécano-optiques, car ils contiennent de l'électronique embarquée, avec certains modèles, de très haut de gamme, où tout est télécommandé par l'électronique : changements d'objectifs, déplacements de la platine pour effectuer la mise au point, déplacements X-Y de la surplatine, changements des filtres sur tourelle, etc.

Nous savons tous que, bien entretenu, un microscope traditionnel, c'est à dire purement mécano-optique, bénéficie d'une très longue durée de vie en restant fonctionnel et optimal dans ses résultats, au point de pouvoir être intergénérationnel.

Et seuls les progrès de l'optique peuvent faire qu'il deviennent finalement obsolètes, mais pas avant un bon bout de temps.

Il est évident que des instruments du futur, et même ceux déjà existants, pour ceux qui sont bardés d'électronique et d'informatique, et bien, ils n'auront pas la même durabilité, non seulement en terme d'exploitation utile, mais déjà, en terme de simple durée de vie opérationnelle, car, en électronique, il existe un vieillissement, assez rapide, des composants courants, et ce vieillissement est inéluctable, et il existe, même si les circuits où se trouvent ces composants ne sont pas utilisés (mais mis en stockage de longue durée).

Les soudures des composants, sur les circuits imprimés, elles-mêmes, elles vieillissent, surtout avec les versions modernes de ces soudures (celles sans plomb), sous la forme d'un dessèchement et/ou d'une cristallisation, pouvant également générer des dendrites , causes de micro-courts-circuits (surtout dans les circuits à grande concentration de composants, comme avec les CMS, et aussi dans les circuits intégrés, mais cette fois, au niveau des pistes de cuivre).

De ce fait, la durée de vie de tels instruments, ceux à forte présence d'électronique, sera bien plus limitée qu'avec des instruments purement mécano-optiques, entre le phénomène de vieillissement précédemment exposé, et aussi par la faute de obsolescence de la partie électronique, pas réparable parce qu'étant une opération trop coûteuse, ou alors, de par l'impossibilité de se procurer des sous-ensembles de dépannage parce que devenus introuvables.

Juste pour mémoire, existent aussi, et déjà, des loupes électroniques, où la simple grosse lentille biconvexe, ou bien plan-convexe, est remplacée par une mini-caméra et un écran de visualisation, le tout avec plein d'électronique, pour que cela fonctionne.

Cordialement,

Bino
Dernière édition par bino le 04 Fév 2024 11:50, édité 1 fois.
Microscope PCB 900 avec objectifs planachromatiques (x 4, x 10, x 20, x 40, x 100 immersion) et oculaires (x 5, x 10), binoculaire TP1 (x 10, x 20, x 40), Emoscop SME, microscope stylo, et plein de loupes...
bino
membre
membre
 
Messages: 691
Inscription: 09 Déc 2007 14:59
Prénom: Michel

Re: Le futur du microscope traditionnel

Messagede bino » 04 Fév 2024 11:24

Bonjour à tous,

Dans le message juste précédent, j’abordais l'aspect purement technique de l'évolution possible des microscopes, mais il y aurait aussi une réflexion à mener, du fait de cette évolution probable, au niveau de l'interaction entre un sujet, un instrument intermédiaire, et l'observateur humain.

Par exemple, observer une planète lointaine, dans l'oculaire d'un instrument d'astronomie, sous la coupole d'un observatoire, ce n'est pas pareil, pour le ressenti personnel, que de l'observer sur un écran de projection de son image, prise par une caméra connectée au dit instrument astronomique.

Je pense pouvoir dire que le phénomène du ressenti personnel différent existe aussi entre une observation microscopique accomplie à l'oculaire, et par observation sur un écran électronique.

En allant un peu plus loin, je pense que l'effet n'est pas le même, non plus, entre une image photographique de l'une de ses préparations, et un dessin, réalisé par soi-même, de cette préparation, étant à l'oculaire.

De plus, tant en astronomie qu'en microscopie, il est connu que la réalisation de tels dessins, lors d'observations directement à l'oculaire, fait voir bien plus de choses que ce qu'une simple observation passive permettra de remarquer.

Je note aussi que cette tendance, à mettre le monde réel et physique à distance, notamment dans l'enseignement, est en progression, entre les sorties nature presque disparues, du fait des coûts et des obligations administratives à remplir, sans parler des conséquences pénales au moindre accident.

Dans la même logique, j'ai vu des DVD d’apprentissage de la chimie, sous une forme virtuelle, donc, pour éviter les risques que présenteraient les produits chimiques réels.

A quand les observations microscopiques virtuelles, avec coupes et colorations simulées, etc.

Cordialement,

Bino
Microscope PCB 900 avec objectifs planachromatiques (x 4, x 10, x 20, x 40, x 100 immersion) et oculaires (x 5, x 10), binoculaire TP1 (x 10, x 20, x 40), Emoscop SME, microscope stylo, et plein de loupes...
bino
membre
membre
 
Messages: 691
Inscription: 09 Déc 2007 14:59
Prénom: Michel


Retourner vers Microscopes

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités

cron