Le mystère résolu de Pradelle-en-Val


Tout ce qui n'est pas classable pour l'instant dans les sous-forums Observations ...

Règles du forum

Tout ce qui n'est pas classable pour l'instant dans les sous-forums Observations ...

Le mystère résolu de Pradelle-en-Val

Messagede 6le20 » 10 Jan 2018 10:40

Bonjour à tous !

En décembre dernier, par une de ces journées de vent glacé qui vous font regretté d’être sorti, des amis m’ont amené sur un site, à Pradelle-en-Val (11), où ils pensaient avoir trouvé des coraux. En l’absence de la structure typique des dits coraux, je fus catégorique : ce n’en est pas !

Mais qu’est ce que ça pouvait bien être ? Des algues ?? Du remanié ???

Que l’on soit en présence d’un simple cailloux ou d’un bloc de plusieurs mètres cubes, la chose se présente de la même manière : des sortes de concrétions homogènes plus ou moins arrondies, plus ou moins allongées pouvant atteindre dans les 3 centimètres de long, mais généralement de l’ordre de 15-20 mm.

solenomeris-1b-Pradelle Val-12 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche solenomeris-1b-Pradelle Val-12 2017-LG.jpg (187.67 Kio) Vu 1191 fois


solenomeris-2a-Pradelle Val-12 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche solenomeris-2a-Pradelle Val-12 2017-LG.jpg (155.65 Kio) Vu 1191 fois


Des éléments isolés dégagés par l’érosion, qui se rencontrent par milliers, n’apportent pas plus d’éléments à l'observateur.

Les fossiles du site sont des morceaux d’huitres, des fragments d’oursins et de rares foraminifères du genre Operculina :
Operculine-Pradelle-en-Val-L.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Operculine-Pradelle-en-Val-L.jpg (151.76 Kio) Vu 1191 fois


La carte géologique n’apporte guère d’éclairage… :
Pradelles en Val-Géologie-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Pradelles en Val-Géologie-LG.jpg (301.57 Kio) Vu 1191 fois


On voit bien que c’est quelque chose, mais quoi ? M’étant surtout intéressé aux marnes qui sont de l’autre coté de la vallée, je me trouvais fort dépourvu d’arguments face à cette énigme.


Mes amis ont continué à chercher et c’est la lecture du compte rendu de la sortie 2013 de l’ASNAT (Géologie de la Montagne d’Alaric, pdf) qui apportera la réponse. Il s’agit d’un Foraminifère formant des récifs à l’éocène inférieur des Pyrénées, à la période ilerdienne !

Image extraite du Compte rendu de l’ASNAT.
solenomeris-Foram illerfdiers-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche solenomeris-Foram illerfdiers-LG.jpg (86.67 Kio) Vu 1191 fois
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + CAM 5 mg et Micro Paralux L3000 trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 2775
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain

Re: Le mystère résolu de Pradelle-en-Val

Messagede 6le20 » 10 Jan 2018 10:50

[suite et fin]

Il s’agit donc de Solenomeris ogormani Douvillé, 1924 (Acervulinidae, Foraminifera)

A partir de là, il fut relativement simple de trouver la bibliographie, qui reflète bien d’ailleurs la complexité du problème des naturalistes qui s’y sont confrontés…, puisque Douvillé a bien décrit l’espèce, mais en l’attribuant aux Rhodophycées, à une branche isolée de la famille des Lithothamniae (devenue aujourd’hui les Corallinaceae).

Il faut dire que les roches concernées rendent effectivement assez perplexe…

Perrin, en 1994, révisera la famille et ce genre en réalisant une synthèse (Morphology of encrusting and free living acervulinid Foraminifera: Acervulina, Gypsina and Solenomeris, C Perrin, Palaeontology 37 (2), 1994. pdf)

C’est de cette étude que j’ai extrait les éléments qui suivent.


Poignant (1975) a donné l’étendue stratigraphique de Solenomeris allant du Crétacé supérieur à Oligocène supérieur, avec un optimum pendant l'Éocène. Les plus récents spécimens de Solenomeris proviennent du Miocène turc (Poisson et Poignant 1975; Orszag-Sperber et al. 1977).
Le développement des récifs de Solenomeris n'est connu jusqu' à présent que de l'Éocène inférieur des Pyrénées (Plaziat 1984; Plaziat et Perrin 1992).


La reconstitution détaillée du développement de Solenomeris et son assignation aux Foraminifères résulte d'observations complémentaires par microscopie optique (lames minces et ultrafines) et microscopie électronique à balayage (fractures fraîches ou surfaces polies brièvement gravées à l'acide formique) d'échantillons ypresiens des Pyrénées (Solenomeris ogormani) et des récifs plio-quaternaires de l'atoll de Mururoa (Acervulina inhaerens Détermination par M. Neumann dans Repellin 1977; Perrin 1985,1987a).
Lames minces (d’ailleurs si ça intéresse quelqu’un, je peux en faire parvenir… Fred ?).
Solenomeris Micro 1-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Solenomeris Micro 1-LG.jpg (257.19 Kio) Vu 1188 fois


Stades juvéniles de Solenomeris et début de stade adulte incrustant (après Perrin 1987a). a, couche équatoriale; b, étape ovoïde en coupe axiale (gauche) et en coupe transversale (droite); c, essai fixé sur un substrat et développement de l’encroûtement; x 40.
Solenomeris développement 2.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Solenomeris développement 2.jpg (30.66 Kio) Vu 1187 fois


Le stade adulte de Solenomeris est incrustant. La géométrie et la disposition des chambres adultes (Text-fig. 6) sont similaires à celles d'Acervulina inhaerens. En coupe axiale, ce type d'agencement forme des piles de chambres juxtaposées, plus ou moins perpendiculairement au substrat et décrites par Douvillé comme des "files de cellules" (1924, pp. 169-170) (PI. 2, fig. 4,7-8).
Solenomeris Adulte 2.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Solenomeris Adulte 2.jpg (38.77 Kio) Vu 1187 fois


Une coupe schématisée montrant la croissance :
Solenomeris Coupe verticale 2.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Solenomeris Coupe verticale 2.jpg (39.4 Kio) Vu 1187 fois



Le test des Acervulinidae est composé de calcite hyaline et les parois sont formées comme celles des Rotaliina, par deux couches calcifiées de part et d'autre d'une membrane organique (Hansen et Reiss 1971). Le test peut être libre ou fixé sur un substrat (Schultze 1854; Galloway 1933; Loeblich et Tappan 1964). La croissance des Acervulinidae est caractérisée par un enroulement en spirale des premières chambres, suivi de chambres adultes disposées en une ou plusieurs couches, sans autres ouvertures que les pores des parois et sans système de canaux (Schultze 1854; Cushman 1950; Loeblich et Tappan 1964,1984). Cependant, il existe d'autres caractères communs aux différents genres d’Acervulinidae, en particulier la disposition typique des chambres adultes alternant de couches en couches.

Pour finir, voici le type de la famille (et de son genre) avec l’espèce Acervulina inhaerens :
Acervulina-inhaerens.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Acervulina-inhaerens.jpg (99.92 Kio) Vu 1187 fois



Moi qui ne m’étais jamais intéressé aux Foraminifères plus que ça, depuis quelques temps, le hasard me fait faire du rattrapage (voir mes tests de macro au micro)… :mrgreen:
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + CAM 5 mg et Micro Paralux L3000 trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 2775
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain

Re: Le mystère résolu de Pradelle-en-Val

Messagede Gérard-Breton » 10 Jan 2018 11:43

Bonjour Sylvain, tous,
Magnifique sujet et je te remercie de montrer ainsi de manière pédagogique la démarche du paléontologue qui se trouve devant quelque chose qu'il ne connaît pas. Ce qui arrive souvent il est vrai.

Cordialement

Gérard Breton
Gérard-Breton
membre
membre
 
Messages: 993
Inscription: 24 Aoû 2013 21:26
Prénom: Gérard

Re: Le mystère résolu de Pradelle-en-Val

Messagede Fredlab » 10 Jan 2018 12:32

Hello

C'est bien la première fois que j'entends parler de ce genre de Foram... une lame mince serait intéressante.
(par contre, au niveau timing... j'ai perdu de vue le copain litholamelleur, il n'a pas répondu à mes deux derniers mails :? )
La planète peut pourvoir aux besoins de tous, mais non pas satisfaire la cupidité de certains (Gandhi)
Avatar de l’utilisateur
Fredlab
membre
membre
 
Messages: 9418
Inscription: 27 Juin 2010 13:42
Localisation: Auxonne (21)
Prénom: Frederic

Re: Le mystère résolu de Pradelle-en-Val

Messagede 6le20 » 22 Juil 2018 16:57

Bonjour à tous !

Ça fait des mois que je trimbale un caillou composé de ces foraminifères.

Aujourd’hui, je me suis enfin décidé à utiliser la méthode ancestrale que tout mâle de mon espèce peut utiliser à volonté pour résoudre toute sorte de problèmes. Étant un vrai mâle, n'en doutez pas, j'ai puisé au fond de mon patrimoine génétique, ou plutôt à sa surface, pour écraser à coup de marteau un fragment de roche... :lol: :lol: :lol:

L'examen de la poussière obtenue par cette haute technologie traditionnelle m'a livré ces images de loges :

Solenomeris ogormani-5a-Pradelle-22 07 2018-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Solenomeris ogormani-5a-Pradelle-22 07 2018-LG.jpg (135.12 Kio) Vu 695 fois


Solenomeris ogormani-5b-Pradelle-22 07 2018-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Solenomeris ogormani-5b-Pradelle-22 07 2018-LG.jpg (126.79 Kio) Vu 695 fois
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + CAM 5 mg et Micro Paralux L3000 trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 2775
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain


Retourner vers Sans catégories pour l'instant (obs.)

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron