L'amour de la Vie !


Forum ouvert aux invités. (désactivé provisoirement)


Vous avez une question, une proposition, une rectification à formuler mais ne souhaitez pas encore vous inscrire ? Cet espace est pour vous !
Règles du forum

Forum ouvert aux invités. (désactivé provisoirement)

Vous avez une question, une proposition, une rectification à formuler mais ne souhaitez pas encore vous inscrire ? Cet espace est pour vous !
nb : les membres inscrits doivent utiliser les rubriques ad hoc pour ouvrir de nouveaux sujets, merci d'avance !

Publication d'images : Veuillez svp les lier sur un site externe.
(le compte invité ne permet pas pour l'instant l'envoi direct et l'hébergement)

--------------------
Important : Suite à un envahissement de spam de plus en plus conséquent,
nous sommes maintenant dans l'obligation de vérifier le contenu des messages des invités avant publication.
Désolé pour cet inconvénient, soyez patient(e) si vous ne voyez pas apparaitre votre texte tout de suite.
Bonnes publications !
--------------------

Amour de la Vie

Messagede 6le20 » 10 Nov 2017 11:00

Bonjour à tous...
une petite réflexion à usage plus ou moins interne...


Je ne suis qu’un amoureux de la Vie, un amoureux de la biodiversité, pour lequel il n’est pas de forme de vie sans intérêt, quelle que soit sa taille, son habitat, sa discrétion…, bien que j’ai du mal avec certains parasites internes…

L’autre jour j’ai ouvert l’abdomen d’une femelle de petit Coléoptère (par accident, je pensais que c’était un mâle !) et j’y ai découvert 6 gros vers dont le volume était équivalent à celui de son abdomen. Je pense qu’il est même crédible que ce soit la présence de ces parasites intestinaux qui ait poussé l’animal affamé à grimper se nourrir tandis que ses semblables restaient douillettement au chaud dans la litière, car le froid venteux était quelques degrés à peine au dessus de zéro.

Chrysolina staphylea sur Séseli tortueux

pronotum  2_1770661-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche pronotum 2_1770661-LG.jpg (111.04 Kio) Vu 288 fois



Ce n’est pas la première fois que je constate à quel point les animaux sauvages sont confrontés au parasitisme extrême, ou à des blessures anodines qui deviennent mortelles. Les jeunes Goélands argentés se donnent des coups de leur bec tranchant, s’infligeant des blessures qui deviennent la proie des mouches et qui finissent par ruisseler d’asticots… jusqu’à leur mort.
Nous n’imaginons pas une seconde ces lentes agonies, dont rien ne se voit de l’extérieur. L’animal ne change pas de « visage », ne cris pas, ne change pas de comportement sauf par un certain ralentissement. Combien de belles photographies d’animaux sauvages n’ont été finalement si réussie que parce que le sujet était au bout de son rouleau ?

Tout ça pour vous dire que nous avons bien de la chance d’appartenir à une espèce capable d’apprendre et de transmettre, pour qui ces maux ne sont plus que le résultat d’extrême négligence, car depuis que l’homme est homme, il connait des façon d’y parer (les ours aussi, nous ne sommes pas les seuls, inutile de se la péter !). J’ai toujours été impressionné par la quantité d’espèces végétales identifiées par les anciens comme vermifuges : il n’est pas un territoire au monde où il ne s’en rencontre au moins une douzaine… (Si ce n’est chez les Inuits, qui par bien des cotés me demeurent mystérieux…., mais quelle technique utilisaient-ils en traditionnel pour allumer un feu ? Est-ce pour cette raison que le bois flotté est si précieux chez eux ?).


Toute la science de la systématique animale s’est bâtie sur des cadavres. C’est pourquoi pour déterminer avec certitude cette espèce de Coléoptère, il me faudra examiner l’os pénien du mâle que j’ai mis en alcool quelques jours plus tard. J’ai tellement tué au nom de la science, que je me suis promis de ne pas le faire pour assouvir ma curiosité personnelle et pourtant, là, je fais une exception. Je me suis convaincu de la faire, car nous sommes en fin de reproduction et les spermathèque des femelles sont pleines. Tuer un mâle ne fera pas de différence pour la prochaine génération. Et puis le monde des insectes est un des rares domaines du vivant sur lequel je ne me suis pas penché, alors…, je les tue consciemment.

Mais j’ai de la pratique, car je tue consciemment chaque jour pour assouvir ma curiosité. J’ai un prélèvement de plancton de l’étang du Doul que j’observe tous les deux jours. La plupart des petites diatomées (10-20 µm) sont déjà mortes, tandis que l’espèce qui m’intéresse (100-150 µm), continue à galoper infatigablement sous la lamelle. Je les ai donc mises hier, dans le noir complet… (ce sont des algues), car les fibules (sorte de décoration perlée) qui permettent de confirmer leur identification ne sont pas visibles tant qu’elles demeurent vivantes, tant qu’il reste de la viande dans la coquille…
Et puis quand j’aurai fini, je balancerai le reste au sol et rincerai le flacon, piètre épitaphe pour ces centaines de vie arrachées à leur milieu !

La Diatomée Cylindrotheca closterium :

Cylindrotheca closterium-1b-PeyriacMer-Doul-3 11 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Cylindrotheca closterium-1b-PeyriacMer-Doul-3 11 2017-LG.jpg (119.28 Kio) Vu 290 fois



Car je suis un amoureux du vivant, devenu tardivement microscopiste, qui ne cesse de tuer au nom de son amour. C’est à la fois un paradoxe et une malédiction. « Ne vaut-il pas mieux détruire la vie d’une vache que celles de 500 kg de crevettes ? » demandait la petite indienne…


Comment concilier l’amour de la vie avec sa destruction ?
Je pourrais me contenter des magnifiques images réalisées par d’autres, les miennes n’étant pas vraiment à la hauteur des meilleures. Je pourrais me contenter d’activités non destructrices comme l’observation des pollens ou des spores qui ne détruisent qu’un organe sexuel au milieu d’une multitude. Mais comment ressentir ce qui m’étreint quand je prends conscience soudain que certaines algues se déplacent en tout sens aussi rapidement que des ciliés, comment ressentir l’émotion de la prise de conscience de ce quelques chose de plus grand qui vient par une sorte d’illumination irriguer mes connaissances en les réorganisent pour lui faire place ?

Je suis un tueur en série heureux. Je détruis ce que je vénère avec bonheur… Je suis un Homme, cet animal qui avance au milieu de ses contradictions…

Car au fond, au-delà de tout ce que je viens d’écrire, je tue pour partager mon amour de la vie, pour faire prendre conscience à d’autres, du merveilleux du monde que nous habitons et détruisons sans avoir conscience de cette éradication des humbles sur lesquels ce que nous sommes s’est construit…

Humaine contradiction…



PS J’ai parfaitement conscience qu’il faut relativiser mon impact destructeur : par exemple le Coléoptère : j’ai détruit un couple après en avoir observé jusqu’à deux sur les 7 pieds de Séséli que j’ai surveillé pendant plusieurs jours, sur une population locale de près d’une centaine de pieds, ce qui représente donc, 1% de cette population…, alors que la plante est commune dans beaucoup d’endroits de la région !

Quant au plancton, j’ai prélevé quelques 30 cm3 dans un étang dont la couche superficielle d’un mètre (zone optimale pour le phytoplancton) peut être estimée à 1.200.000 m3…


Demeure la question de la petite indienne…


Ami 1-1b-Lespinassière-Source AG-7 10 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Ami 1-1b-Lespinassière-Source AG-7 10 2017-LG.jpg (51.55 Kio) Vu 288 fois
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + CAM 5 mg et Micro Paralux L3000 trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 1968
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain

Re: Amour de la Vie

Messagede speedypapou » 10 Nov 2017 12:21

Bonjour,

Parfois les humains ressentent des « états d’âme », les naturalistes aussi, c’est bien et cela peut les grandir dans leur démarche.

Mais rester cartésien semble primordial si nous voulons mieux connaître le vivant et préserver les acquis.

Bientôt viendront les naturalistes molécularistes comme le sont devenus les biologistes, et le discours deviendra probablement encore plus sensible.

j’apprécie cette bouffée d’empathie qui émane de la réflexion de Sylvain.

Cordialement.

JM
Dernière édition par speedypapou le 10 Nov 2017 19:34, édité 1 fois.
speedypapou
membre
membre
 
Messages: 36
Inscription: 13 Aoû 2014 19:01
Localisation: Charleroi, Belgium
Prénom: Jean-Marie

Re: L'amour de la Vie !

Messagede Vardar » 10 Nov 2017 12:26

Sans la mort que serait la vie ?
Le désir de savoir passe par la destruction mais encore une fois cet acte entropique a une finalité enthalpique.
Je me pose aussi néanmoins la question lorsque je "fixe" plusieurs millers de ciliés au formol: est ce que je tue 1000 individus ou est ce que j'égratigne la biomasse de Colpidium campylum qui rapporté à l'échelle de la planète est du rapport du grain de sable au désert de Gobi. Ou encore le Colpidium campilym planétaire est il l'ensemble de ces cellules ? est ce mal de lui prélever une infime partie ?
Lorsque je me gratte ou lorsque je marche dans l'herbe, écrasant des milliers d'organismes, quel est l'impact ?
Avatar de l’utilisateur
Vardar
membre
membre
 
Messages: 793
Inscription: 02 Sep 2013 09:23
Localisation: Lille
Prénom: Phil

Re: L'amour de la Vie !

Messagede YVES50 » 10 Nov 2017 15:51

Bonsoir,

6le20 a écrit:Toute la science de la systématique animale s’est bâtie sur des cadavres. C’est pourquoi pour déterminer avec certitude cette espèce de Coléoptère, il me faudra examiner l’os pénien du mâle que j’ai mis en alcool quelques jours plus tard. J’ai tellement tué au nom de la science, que je me suis promis de ne pas le faire pour assouvir ma curiosité personnelle et pourtant, là, je fais une exception. Je me suis convaincu de la faire, car nous sommes en fin de reproduction et les spermathèque des femelles sont pleines. Tuer un mâle ne fera pas de différence pour la prochaine génération.


Oui, il n'y aura pas de différence en effet car tu as pris soin d'attendre la finalité des accouplements, à savoir le remplissage de la spermathèque des femelles.
On pourra toujours se questionner sur l'utilité de la systématique tueuse d'êtres vivants. Quel profit (au sens non marchand) pouvons-nous en tirer ? Depuis l'antiquité (Aristote) l'être humain cherche à mettre de l’"ordre" dans ce qui l'entoure, à classer le minéral et le vivant. C'est sans doute pertinent.

Vardar a écrit:Le désir de savoir passe par la destruction mais encore une fois cet acte entropique a une finalité enthalpique.

Il faut suivre la chose mais cela n'est pas bêta du tout et a le mérite de replacer le problème dans un large contexte. ;)
Avatar de l’utilisateur
YVES50
membre
membre
 
Messages: 1939
Inscription: 05 Mar 2010 16:36
Prénom: Yves

Re: Amour de la Vie

Messagede PierreM » 10 Nov 2017 15:57

Hello

Ce post est très sympathique mais attention de ne pas aller trop loin [attention : je ne dis pas que c'est le cas dans tes propos], car ressentir de l'empathie envers tout être vivant a quand même quelque chose de morbide (enfin je trouve...). Avoir un contact avec un chat, un pigeon, un corbeau... est une chose mais avec une diatomée ????!!!

6le20 a écrit:...
Je ne suis qu’un amoureux de la Vie, un amoureux de la biodiversité, pour lequel il n’est pas de forme de vie sans intérêt, quelle que soit sa taille, son habitat, sa discrétion…, bien que j’ai du mal avec certains parasites internes…


Qui a dit "Tout être vivant mérite le respect" ?

6le20 a écrit:...
Tout ça pour vous dire que nous avons bien de la chance d’appartenir à une espèce capable d’apprendre et de transmettre, pour qui ces maux ne sont plus que le résultat d’extrême négligence, car depuis que l’homme est homme, il connait des façon d’y parer ...

Oui, saut que l'homme est un loup pour l'homme dit on, en fait largement pire qu'un loup et ses facultés servent à détruire plus qu'à sauver.
On ne compte pas le nombre de destructions et génocides brutaux et sauvages dans l'histoire humaine, sans parler des guerres imbéciles. Et notre époque moderne n'est pas en reste.
Il semble que pour certains, éprouver de la compassion pour une mouche est plus facile que pour des populations humaines.

Cordialement
Pierre M.
PierreM
membre
membre
 
Messages: 515
Inscription: 07 Aoû 2011 17:28
Prénom: Pierre

Re: Amour de la Vie

Messagede Gérard-Breton » 10 Nov 2017 16:20

Bonjour Sylvain, tous,

Sylvain dit (entre autres réflexions sensibles et pertinentes) :

Comment concilier l’amour de la vie avec sa destruction ?.

En somme comment assouvir ma soif d'admirer la biodiversité sous toutes ses facettes sans avoir à tuer des bêtes (et des plantes ?) ?

J'ai la réponse : fais de la paléontologie.

Cordialement

Gérard Breton.
Gérard-Breton
membre
membre
 
Messages: 820
Inscription: 24 Aoû 2013 21:26
Prénom: Gérard

Re: Amour de la Vie

Messagede 6le20 » 11 Nov 2017 11:52

Bonjour à tous !

Merci les amis pour vos commentaires ! :D

Gérard-Breton a écrit:En somme comment assouvir ma soif d'admirer la biodiversité sous toutes ses facettes sans avoir à tuer des bêtes (et des plantes ?) ?

J'ai la réponse : fais de la paléontologie.

Tu as tout à fait raison, Gérard, et j'en ai fait longtemps..., car en fait j'ai commencé par là !

Et maintenant, depuis ma thèse, je me considère comme un paléontologue du présent, ayant beaucoup contemplé d'espèces depuis probablement disparues, souvent remplacées par des espèces de même genre, mais provenant d'ailleurs... (Beaucoup issues de la Mer-Rouge dans notre Golfe-du-Lion).


PS : Le forum m'ayant initialement refusé le sujet dans cette section, je l'avais posté ailleurs et je m'aperçois qu'il fait doublon.
J'ai verrouillé l'autre fil, mais je suis incapable de fusionner les deux. :mrgreen:
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + CAM 5 mg et Micro Paralux L3000 trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 1968
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain


Retourner vers Q/R Divers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités