Puccinia smyrnii et le cycle des Rouilles


Tous les champignons, macro et microscopiques + moisissures et myxomycètes

Règles du forum

Tous les champignons, macro et microscopiques + moisissures et myxomycètes

Puccinia smyrnii et le cycle des Rouilles

Messagede 6le20 » 10 Fév 2016 10:17

Bonjour à tous

J'ai rencontré hier sur un jeune Maceron (Smyrnium olusatrum) à Luc-sur-Orbieu (11), au Sud-Est du gué, Puccinia smyrnii Biv., 1894 [Basidiomycètes, Pucciniaceae (ex-Uredinales)], qui va me servir de prétexte à vous entretenir du cycle de ces formes de champignons.

Ce genre cosmopolite comprend dans les 4.000 espèces toujours parasites, généralement inféodées à une plante spécifique ou deux (hôte intermédiaire), plus rarement trois (parfois deux plantes ou plus (de la même famille) servent d’hôtes intermédiaires). (Rouille à hôtes intermédiaires multiples postée ici Melampsora allii-populina)

Ici le mycologue doit se faire botaniste, car le meilleur moyen d’identifier le champignon est de déterminer correctement la plante !

Le cycle des Pucciniales est complexe avec ou sans hôte intermédiaire. (Cycle de Puccina graminis ; open source modifiée)
Puccina_graminis_cycle.gif
Exif et Meta MicroCartouche Puccina_graminis_cycle.gif (10.77 Kio) Vu 8529 fois


Dans le cas présent, il semble que la spore issue des basides (basidiospores) hiverne quelque part au sol, peut être sur les tiges fructifères séchées de cette plante bisannuelle.
Au printemps ces basiodiospores donnent des écidies (ce que l’on voit sur les premières photos) qui donnent des écidiospores (photo suivante).
Ces écidiospores donnent des urédosores, qui donnent des urédospores.
Ces urédospores engendrent des télies en fin de saison, qui développent des téleutospores qui portent les basides qui produisent les basidospores.
Ouf !
Pas étonnant que ces rouilles possèdent un génome quatre fois plus long que la moyenne des autres Fungi ! (voir biblio à la fin)

Ecidies de Puccinia smyrnii :
Puccinia smyrnii-Feuil-Luc-02 2016-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Puccinia smyrnii-Feuil-Luc-02 2016-LG.jpg (98.31 Kio) Vu 8531 fois

Puccinia smyrnii-Pul-Luc-02 2016-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Puccinia smyrnii-Pul-Luc-02 2016-LG.jpg (92.81 Kio) Vu 8526 fois


Ecidiospores de formes irrégulières à surface granuleuse. Dimensions 10-16 x 20-30 µm (mais dans le prélèvement, il y a en mélange des formes immatures provenant de l’intérieur des écidies). (montage Melzer)
Puccinia smyrnii-Ecidiospores-Luc-02 2016-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Puccinia smyrnii-Ecidiospores-Luc-02 2016-LG.jpg (103.05 Kio) Vu 8526 fois


Je ne suis pas sûr de pouvoir observer toutes les phases du cycle, mais voici au moins la printanière…


Petite remarque personnelle : cela fait longtemps que je m’intéresse aux rouilles, car je suis fasciné par la complexité de leur cycle qui me rappelle celle de certains Cnidaires marins.
J’ai l’impression que les espèces inféodées à des plantes dont le cycle annuel est court, se sont adaptées en trouvant des hôtes intermédiaires qui permettent simplement au champignon d’hiverner en attendant le retour de l’hôte spécifique. Les hôtes intermédiaires sont rarement profondément atteints par le champignon, celui-ci ne provoquant que des nécroses foliaires qui ne gênent finalement pas trop la plante dans son développement.
Par contre, l’hôte spécifique, estival, est bien souvent profondément blessé, voire tué, par le champignon. Evidemment, la monoculture favorise son infestation et provoque ce résultat… car il n’existe aucun parasite dont le but est de tuer son hôte !

Les conséquences en sont que depuis le développement de l’agriculture industrielle, dans les années 50-60, la recherche sur ces champignons s’est développée, avec comme axe principal la lutte pour leur éradication. C’est ainsi que l’aubépine, hôte intermédiaire de la Rouille du blé a été quasiment éradiquée des régions de culture et que de multiples antifongiques ont été mis au point pour être largement répandus, pour les plus grands profits de l’industrie chimique.

Il est pour moi évident que la monoculture est une absurdité biologique !

Biblio pour en savoir plus :
Puccinia smyrnii sur Discoverlife
La plante Smyrnium olusatrum par Randall 2003 (+ ses parasites dont Puccinia)
Teliospores of Puccinia smyrnii
Genome size analyses of Pucciniales reveal the largest fungal genomes
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + Paralux L3000 trino pour macro + Diaplan trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 4215
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain

Re: Puccinia smyrnii et le cycle des Rouilles

Messagede BINO-BONI » 10 Fév 2016 11:26

Bonjour et merci d'avoir lancé ce sujet passionnant à plus d'un titre. J'ai un échantillon en conservation sur lequel j'espérais pouvoir réaliser quelques coupes et photos. On en reparlera.

C’est ainsi que l’aubépine, hôte intermédiaire de la Rouille du blé a été quasiment éradiquée des régions de culture et que de multiples antifongiques ont été mis au point pour être largement répandus, pour les plus grands profits de l’industrie chimique.

Pour ce qui est de tes conclusions (un peu à la serpe) concernant la lutte contre la rouille du blé, je rappelle quand même que la destruction de l'épine vinette (l'aubépine) est un moyen "écologique" puisqu'il consiste à casser le cycle de développement du parasite par des moyens non chimiques. Pour la destruction totale, c'est une autre affaire.

Quant aux fongicides chimiques, il faut sortir de la théorie du complot en affirmant d'une manière plutôt primitive que les industriels sont les seuls fautifs!
Si les industriels ont développé et mis au point des fongicides c'est tout simplement parce que les maladies crytogamiques sont sources de perte de rendement pouvant aller jusqu'à la perte de la récolte, donc dangereuse pour la survie des producteurs. Il y avait donc une "demande" de la part des producteurs, demande que les industriels ont suivi. Rien de moins logique que la vente de Hamburger (que tu pourrais qualifier de m....e alimentaire, tu en as le droit) par Macdonald parce que les gosses en raffolent.

Pour l'agriculture intensive, je te conseille de revenir aux réalités des années d'après guerre jusque dans les années 80, où:
1 - Il fallait produire pour nourrir une population qui crevait la dalle
2 - Il fallait produire pour permettre le développement d'une agriculture viable en vue de l'arrivée de l'Europe
3 - Il fallait produire pour que le secteur agricole devienne le premier exportateur français, [b]ce qui a profité à tout le monde/b][/u]

Alors avec respect, je de demande de ne pas cracher dans la soupe.
BINO-BONI
membre
membre
 
Messages: 2927
Inscription: 21 Juin 2012 23:19
Prénom: Jean Claude

Re: Puccinia smyrnii et le cycle des Rouilles

Messagede 6le20 » 10 Fév 2016 12:15

Salut Jean-Claude

loin de moi l'idée de cracher dans la soupe... et c'est bien pour cela que je précise qu'il s'agit de petites réflexions personnelles.

En fait le raisonnement tendancieux et "serpique" visait à introduire ma conclusion : Il est pour moi évident que la monoculture est une absurdité biologique !

C'est plus le point de vue philosophique simpliste qui est à l'origine des politiques mises en œuvre lors de ces décennies qui est à remettre en cause, qu'évidement les nécessités historiques auxquelles elles devaient faire face.
C'est cette même philosophie que a poussé à l'éradication du renard, ce qui n'a pas empêché la propagation de la rage à vitesse constante de 30km/an...

Aujourd’hui nous savons qu'au cours du temps, la bataille de la concurrence semble avoir toujours été emportée par la coopération (chloroplaste, mitochondrie,...).
La biologie qui était la reine des sciences chez les grec, n'est même plus une vague teinture chez ceux qui concoctent les politiques qui font faces aux désastres qu'elles engendrent elles-mêmes...
Est-ce si irrespectueux que d'oser remettre en cause cela ?
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + Paralux L3000 trino pour macro + Diaplan trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 4215
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain

Re: Puccinia smyrnii et le cycle des Rouilles

Messagede BINO-BONI » 10 Fév 2016 13:11

6le20 a écrit:Salut Jean-Claude

loin de moi l'idée de cracher dans la soupe... et c'est bien pour cela que je précise qu'il s'agit de petites réflexions personnelles.

En fait le raisonnement tendancieux et "serpique" visait à introduire ma conclusion : Il est pour moi évident que la monoculture est une absurdité biologique !

C'est plus le point de vue philosophique simpliste qui est à l'origine des politiques mises en œuvre lors de ces décennies qui est à remettre en cause, qu'évidement les nécessités historiques auxquelles elles devaient faire face.
C'est cette même philosophie que a poussé à l'éradication du renard, ce qui n'a pas empêché la propagation de la rage à vitesse constante de 30km/an...

Aujourd’hui nous savons qu'au cours du temps, la bataille de la concurrence semble avoir toujours été emportée par la coopération (chloroplaste, mitochondrie,...).
La biologie qui était la reine des sciences chez les grec, n'est même plus une vague teinture chez ceux qui concoctent les politiques qui font faces aux désastres qu'elles engendrent elles-mêmes...
Est-ce si irrespectueux que d'oser remettre en cause cela ?


Non pas du tout mais comme tu le dis plus haut, la "nécessité historique" ne doit pas être oubliée dans le débat d'aujourd'hui. Je l'ai déjà dit et redit, nous avons tous de sang sur les mains car nous avons profité de tout cela et en profitons tous les jours de ce système aberrant. Il ne suffit pas de se laver les mains et de dénoncer, il faut aussi intégrer les multiples composantes qui nous ont amené à la situation d'aujourd'hui et intégrer aussi les multiples composantes qu'il faut intégrer pour essayer de tirer une ligne vers l'avenir qui puisse autant assurer le bien-être de l'espèce humaine que la survie de la planète.
C'est d'autant moins facile que nos dirigeants ne sont pas formés pour cela mais surtout parce que leurs intérêts électoralistes sont diamétralement contraires à l'intérêt supérieur de la planète ou de notre pays.
Alors pas d'espoir pour l'instant et comme toi, j'en suis consterné.

Bon, pour en revenir à nos moutons, ou plus exactement au Puccinias, le sujet me ramène il y a bien longtemps quand je terminais mes études en suivant une spécialité de pathologie végétale. Donc ton sujet m'intéresse d'autant plus que j'ai hérité et entrepris de numériser la totalité de la photohèque de mon ancien chef de travaux laquelle contient énormément de vues sur les rouilles. Je suis aussi l'heureux possesseur de la "bible" (désolé mais là je ne peux pas parler du "Coran" ;) ) de Viennot-Bourgin et de ses magnifiques dessins: "l'encyclopédie mycologique", tome XXVI portant sur les Mildious, Oïdiums...et Rouilles. Je vais donc rechercher ce qu'il raconte sur cette espèce.
Je peux aussi, si cela n'est pas hors sujet, poster des photos et dessins sur les rouilles en général. Merci de me confirmer si je peux le faire sinon il faudra ouvrir un fil par espèce.
BINO-BONI
membre
membre
 
Messages: 2927
Inscription: 21 Juin 2012 23:19
Prénom: Jean Claude

Re: Puccinia smyrnii et le cycle des Rouilles

Messagede BINO-BONI » 10 Fév 2016 13:55

voici les spores (Téleutospores ?) de Puccinia Smyrni-olusatri sur Smyrnium olusatrum dessinées par Viennot-Bourgin
Fichiers joints
Puccinia smyrni.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Puccinia smyrni.jpg (203.35 Kio) Vu 8478 fois
Dernière édition par BINO-BONI le 10 Fév 2016 14:21, édité 1 fois.
BINO-BONI
membre
membre
 
Messages: 2927
Inscription: 21 Juin 2012 23:19
Prénom: Jean Claude

Re: Puccinia smyrnii et le cycle des Rouilles

Messagede 6le20 » 10 Fév 2016 14:16

BINO-BONI a écrit:Alors pas d'espoir pour l'instant et comme toi, j'en suis consterné.

Consternation que nous sommes surement nombreux à partager ici.

BINO-BONI a écrit:Je suis aussi l'heureux possesseur de la "bible" (désolé mais là je ne peux pas parler du "Coran" ;) ) de Viennot-Bourgin et de ses magnifiques dessins: "l'encyclopédie mycologique", tome XXVI portant sur les Mildious, Oïdiums...et Rouilles. Je vais donc rechercher ce qu'il raconte sur cette espèce.

Je serai heureux de connaitre ce qu'il en dit et de voir les dessins de microscopie de cet auteur dont je ne possède que les 2 tomes d'atlas des champignons parasites des arbres fruitiers à pépins et noyaux. C'est par lui que j'ai découvert ce pan de la biodiversité... (J'aurai pu tomber plus mal !)[/quote]

BINO-BONI a écrit:Je peux aussi, si cela n'est pas hors sujet, poster des photos et dessins sur les rouilles en général. Merci de me confirmer si je peux le faire sinon il faudra ouvrir un fil par espèce.

Il me semble qu'il y a tellement d'espèces, qu'une approche spécifique serait préférable et plus dans l'esprit de ce qui se passe ici. Mais ce n'est que mon avis personnel.
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + Paralux L3000 trino pour macro + Diaplan trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 4215
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain

Re: Puccinia smyrnii et le cycle des Rouilles

Messagede 6le20 » 10 Fév 2016 14:21

BINO-BONI a écrit:voici les spores (Téleutospores ?) de Puccinia Smyrni-olusatri sur Smyrnium olusatrum dessinées par Viennot-Bourgin

Je confirme qu'il s'agit bien des Téleutospores
voir Teliospores of Puccinia smyrnii
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + Paralux L3000 trino pour macro + Diaplan trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 4215
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain

Re: Puccinia smyrnii et le cycle des Rouilles

Messagede BINO-BONI » 10 Fév 2016 14:42

6le20 a écrit:[
Je serai heureux de connaitre ce qu'il en dit et de voir les dessins de microscopie de cet auteur dont je ne possède que les 2 tomes d'atlas des champignons parasites des arbres fruitiers à pépins et noyaux.


L'encyclopédie de Viennot classe les champignons parasites selon les espèces hôtes. Il faut donc rechercher dans Smyrnium ce qui donne ça:
Fichiers joints
VIENNOT -SMYRNIUM-1200.jpg
Exif et Meta MicroCartouche VIENNOT -SMYRNIUM-1200.jpg (106.47 Kio) Vu 8468 fois
BINO-BONI
membre
membre
 
Messages: 2927
Inscription: 21 Juin 2012 23:19
Prénom: Jean Claude

Re: Puccinia smyrnii et le cycle des Rouilles

Messagede BINO-BONI » 10 Fév 2016 14:48

Viennot-bourgin ("le Maître", pour les pathologistes) n'était pas photographe comme le montre la photo ci-dessous, prise probablement à L'INA Paris (INA: comme Institut national Agronomique), dommage.

( matériel classique pour l'époque: ZEISS standard bino + objectifs plans et WILD M5)
Fichiers joints
Viennot Bourgin-800.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Viennot Bourgin-800.jpg (151.09 Kio) Vu 8467 fois
BINO-BONI
membre
membre
 
Messages: 2927
Inscription: 21 Juin 2012 23:19
Prénom: Jean Claude

Re: Puccinia smyrnii et le cycle des Rouilles

Messagede 6le20 » 10 Fév 2016 15:37

Merci Jean-Claude pour cet émouvant portrait.
Je remarque à l'arrière plan la bino sous cloche de verre... toute une époque !

Mea culpa, je viens de m'apercevoir que j'ai oublié de mettre la vue macro de l'espèce dans le post principal.
Je répare cet oubli en la mettant ici :
Puccinia smyrnii-Macro-Luc-02 2016-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Puccinia smyrnii-Macro-Luc-02 2016-LG.jpg (132.17 Kio) Vu 8449 fois
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + Paralux L3000 trino pour macro + Diaplan trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 4215
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain

Suivante

Retourner vers Mycologie (obs.)

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité