Visite à l'Institut Carnot de Bourgogne

Vous pouvez nous présenter ici une balade (ou un coin) qui vous a particulièrement plu (une région riche en flore et en faune par exemple) ou encore un parc, une réserve naturelle, pourquoi pas un musée d'histoire naturelle, une exposition ?
Règles du forum

Vous pouvez nous présenter ici une balade (ou un coin) qui vous a particulièrement plu (une région riche en flore et en faune par exemple) ou encore un parc, une réserve naturelle, pourquoi pas un musée d'histoire naturelle, une exposition ?

Visite à l'Institut Carnot de Bourgogne

Messagede Fredlab » 25 Oct 2010 22:59

Bonjour.
Je vous propose un petit reportage au coeur d'une unité de recherche de l'Université de Dijon, enfin... une occasion de voir des engins mirifiques de visualisation de l'infiniment petit.

01 - Image
(mais... qu'est-ce donc ?)

Dans le cadre de la Fête de la Science, j’ai accompagné une classe de Seconde à l’Institut Carnot de Bourgogne.
Nous avons pu voir différentes machines, si coûteuses qu'elles sont au "pot commun" de différentes unités de recherche et servent aussi à la recherche privée (pharmacie, industrie...), ce qui permet d'en amortir les coûts d'achat et d'usage.

Le microscope à champ de force atomique
Un dérivé du microscope à effet tunnel (lien)

02 - Image

Une pointe extrêmement fine va suivre de très près la surface d’un échantillon. Par attraction/répulsion des atomes entre eux, la pointe va osciller et la déviation du levier est mesurée par un faisceau laser.

03 - Image
(en rouge, le faisceau laser... à droite, la pointe... enfin, ce qui porte la pointe, invisible à l'oeil nu)

Nous avons vu des images en 3D de surface d’un échantillon de la matière sur laquelle le labo travaillait (du béton) et aussi une vue de la grille d’étalonnage. Superbe et assez inimaginable… on compte les atomes.
On peut ainsi explorer des surfaces de toutes natures (à la différence du microscope à effet tunnel, l’AFM permet d’étudier des objets non conducteurs, comme des protéines, de l’ADN…)
Comme ça n'est pas trop cher, ils en ont plusieurs... mais rien qu'une pointe, ça coûte dans les 100 $... et c'est fort fragile.

Le Microscope Electronique à Balayage
Principe

04 - Image
(en grande taille ICI)

Le principe est de produire un faisceau d’électrons, en appliquant à un « filament » de tungstène (plié pour former une pointe de quelques atomes) une tension électrique de plusieurs dizaines de milliers de volts. Ces électrons (primaires) sont ensuite accélérés (canon à électrons), focalisés par des electroaimants. Ils vont balayer la surface de l’échantillon qui doit conduire l’électricité (ils sont donc métallisés, couverts de carbone, le cas échéant). On détecte des électrons secondaires, renvoyés par l’échantillon.
Un spectromètre permet aussi d’analyser la composition des surfaces observées, atome après atome.
Nous avons vu différentes choses, des grains de pollen, une drosophile, un circuit de microprocesseur… tout ça monté sur une platine tournante, robotisée et pilotable dans les trois dimensions. Le changement de grossissement était rapide et spectaculaire.
Certains modèles permettent maintenant d’observer des sujets encore vivants, sans nécessité de déshydratation (à pression atmosphérique) - Lien vers de images (superbes), lien vers le principe.

Le Microscope Electronique à Transmission
Nous avons vu deux modèles. Le plus puissant peut atteindre une résolution de 0,19 nanomètres (1,9 Angstöm – à ce qu’il parait, ça ne se dit plus)

05 - Image
(en arrière-plan – à gauche, sur la photo la génératrice qui permet d’augmenter le voltage à plusieurs dizaines de milliers de volts pour la source d’électrons)

Le second a une résolution « moindre » 0,25 nm.

06 - Image

Les images s’affichent sur un écran phosphorescent

07 - Image
(ou bien sûr sur une plaque photo ou encore est détectée par une caméra numérique)

Nous avons pu voir des images montrant des réseaux cristallins de particules d’or dans du verre… Nous sommes vraiment au cœur de la matière.
Le plus gros coûterait dans le million d'euros (faudra fort chercher sur ebay pour voir s'il y a des affaires à faire avec ce genre d'engin), le fonctionnement annuel dépasserait les 50.000 euros. Sur le "petit", la source d'électrons se changerait tous les ans, pour environ 5000 euros... pour l'autre, c'est encore bien plus cher (mais ça se fait moins souvent)

Le troisième appareil est un Diffractomètre à Rayons X.

08 - Image

C’est une technique d'analyse basée sur la diffraction des rayons X sur la matière cristallisée. Les données collectées forment le diagramme de diffraction ou diffractogramme. Son analyse permet de rendre compte de l’arrangement des atomes au sein de la structure de la matière. C’est un procédé non destructif… enfin, le travail se fait plutôt sur des poudres qui sont placées dans un disque (le rond au centre) et le tas doit être le plus plat possible. Une source de rayons X envoie un faisceau sur l’échantillon et en face, un capteur. Source et capteur sont montés sur un système capable de gérer des angles au millième de degrés.

09 - Image

Au bout du compte, on observe des pics qui correspondent à des atomes et à leurs espacements (réseaux cristallins). Il n’y a plus qu’à comparer avec une base de données.
Il faut que la matière soit cristallisée (ou contienne des particules cristallisées) mais l’analyse est d’une précision redoutable. L’appareil est par ailleurs moins coûteux qu’un MET ou un MEB… mais on ne voit pas d’image, c’est moins glam.

La dernière salle où nous sommes allés comportaient deux énormes machines étincelantes, des Spectromètres de Masse d’ions secondaires.

10 - Image

On pulvérise des ions (primaires) sur la surface à analyser. Ces ions (argon, xénon, oxygène, césium ou gallium) cèdent leur énergie aux espèces constituant les premières couches atomiques de l'échantillon. La pulvérisation génère, entre autres, des ions secondaires qui sont filtrés par un spectromètre de masse et détectés. Les ions sont séparés selon leur rapport masse sur charge. Le résultat obtenu est un spectre dont l’analyse permet d’atteindre la composition élémentaire de surface de l’échantillon.

11 - Image

Ces engins sont impressionnants car il faut aussi qu’ils résistent à un vide quasi absolu (il ne faut pas non plus analyser les atomes de l’air ambiant). La technique est destructive puisque le bombardement laisse des traces sur quelques micromètres de profondeur.
Elle permet là aussi, d’analyser la qualité des surfaces, des traitements appliqués (placage d’or, additifs en métallurgie…), des liants pour certains matériaux.
Là non plus, quasiment pas d’images… enfin, si… quelque soit la technique, le MEB vient souvent à la rescousse pour voir en réel les échantillons (des poudres, le trou fait par le spectromètre à ions primaires…)

Je pense que certains d'entre vous ont déjà vu certains de ces engins, peut-être même que certains ont accès à ce genre de machine... mais j'espère que la plupart aura apprécié cette visite d'un "autre monde".
Ca nous change de nos binos, non ?
La planète peut pourvoir aux besoins de tous, mais non pas satisfaire la cupidité de certains (Gandhi)
Avatar de l’utilisateur
Fredlab
membre
membre
 
Messages: 9428
Inscription: 27 Juin 2010 13:42
Localisation: Auxonne (21)
Prénom: Frederic

Re: Visite à l'Institut Carnot de Bourgogne

Messagede PierreH » 26 Oct 2010 07:26

Merci Fred pour cette visite.
Je ne côtoie pas de tels matériels donc c'est un plaisir de les voir.
Microscopes Zeiss WL, CP, DIC, épifluo, épiscopie HD, obj. Neofluar Phase, Plan-Neofluar 63, Optovar, écl. LED Seoul P4 3W
Stéréomic. Leica MZ12.5 Combi 3 Planapo 1x 2x, OPD Planapo 10x, écl. Schott KL1500LCD. Leica M3Z Plan Type S
Terrain Open University McArthur LED, Nikon Naturescope Mini, Emoscop SME LED, Belomo x10
Photomacroscope agrand. Kaiser modifié, Luminar 16mm, Apo-Rodagon N 50mm 2.8, Nikon CF 10 & 20x Plan EPI
APN Canon 450D téléc. USB, Fuji X10 Raynox DCR-250
Avatar de l’utilisateur
PierreH
membre
membre
 
Messages: 3118
Inscription: 13 Sep 2007 13:21
Localisation: Buzet-sur-Tarn près Toulouse
Prénom: Pierre

Re: Visite à l'Institut Carnot de Bourgogne

Messagede Daniel » 26 Oct 2010 08:47

Merci pour ces images.
Le spectromètre est magnifique avec sa forme et ses joints prévus pour éviter l'implosion!

Pour moi également, ces appareils sont inhabituels.
Toutefois, j'ai visité il y a 2 ans l'atelier de microscopie électronique de l'UCBLyon. J'y ai vu MET et MEB qui peuvent être loués avec un technicien pour un projet d'observations précises.
Toujours à Lyon dans le cadre de la fète de la science, j'ai vu sur un autre site universitaire une démonstration d'usage de MEB environnemental avec prise d'images d'un acarien du fromage encore vivant!
J'essaie de retrouver un ou 2 clichés!
Daniel Nardin
sites: perso, microscopie , plongée Egypte et Réunion, orchidées du Doubs
matériel micro/macro/photo principal: microscopes Olympus BH, stéréomicroscope Nikon SMZ, reflex Nikon (D800 actuellement) +105macro, soufflet... , hybride Sony nex7 ...
Avatar de l’utilisateur
Daniel
membre
membre
 
Messages: 5270
Inscription: 27 Sep 2007 10:33
Localisation: Privas (Ardèche, France)
Prénom: Daniel

Re: Visite à l'Institut Carnot de Bourgogne

Messagede Fredlab » 26 Oct 2010 09:00

Hello
Daniel a écrit:Merci pour ces images.
Le spectromètre est magnifique avec sa forme et ses joints prévus pour éviter l'implosion!

Oui... certains de ces joints sont en cuivre et à usage unique :shock:

Daniel a écrit:Toujours à Lyon dans le cadre de la fête de la science, j'ai vu sur un autre site universitaire une démonstration d'usage de MEB environnemental avec prise d'images d'un acarien du fromage encore vivant!
J'essaie de retrouver un ou 2 clichés!

Ah oui... ça serait pas mal
Merci
La planète peut pourvoir aux besoins de tous, mais non pas satisfaire la cupidité de certains (Gandhi)
Avatar de l’utilisateur
Fredlab
membre
membre
 
Messages: 9428
Inscription: 27 Juin 2010 13:42
Localisation: Auxonne (21)
Prénom: Frederic

Re: Visite à l'Institut Carnot de Bourgogne

Messagede Bertrand » 26 Oct 2010 10:29

Merci Frédéric pour ce reportage.

Le spectromètre de masse "en jette" vraiment beaucoup.
Amicalement,

Bertrand

  • XSP 13 (monoculaire Chinois à potence inclinable). Obj. PLAN Chinois x4-0.1/x10-0.25/x20-0.40/x100-1.25 - Obj. PLAN NIKON X40-0.65 - Cond. fond clair; led blanche 1.5V.
  • MACRO : RN NIKON D200
  • MICROCARTOUCHE développé par Christian AUBERT


--- Bertrand nous a quitté le 16 avril 2013 ---
Nous garderons de lui sa gentillesse et ses nombreuses contributions. Il fût aussi l'un des co-fondateur du forum Le Naturaliste.
Avatar de l’utilisateur
Bertrand
Coadmin
Coadmin
 
Messages: 711
Inscription: 28 Aoû 2007 22:39
Localisation: Saint-Gilles, GARD
Prénom: Bertrand

Re: Visite à l'Institut Carnot de Bourgogne

Messagede Daniel » 26 Oct 2010 11:45

Je n'ai pas retrouvé d'images du meb environnemental. Peut être n'avais je pas d'appareil?

Voici 3 images du labo de microscopie électronique de l'UCBLyon:
MET
08-10-02Lyon_MicroEl02r.jpg
Exif et Meta MicroCartouche 08-10-02Lyon_MicroEl02r.jpg (188.72 Kio) Vu 1868 fois

Appareil à métalliser les échantillons pour le MEB
08-10-02Lyon_MicroEl07r.jpg
Exif et Meta MicroCartouche 08-10-02Lyon_MicroEl07r.jpg (103.33 Kio) Vu 1869 fois

MEB
08-10-02Lyon_MicroEl03r.jpg
Exif et Meta MicroCartouche 08-10-02Lyon_MicroEl03r.jpg (102.7 Kio) Vu 1869 fois
Daniel Nardin
sites: perso, microscopie , plongée Egypte et Réunion, orchidées du Doubs
matériel micro/macro/photo principal: microscopes Olympus BH, stéréomicroscope Nikon SMZ, reflex Nikon (D800 actuellement) +105macro, soufflet... , hybride Sony nex7 ...
Avatar de l’utilisateur
Daniel
membre
membre
 
Messages: 5270
Inscription: 27 Sep 2007 10:33
Localisation: Privas (Ardèche, France)
Prénom: Daniel

Re: Visite à l'Institut Carnot de Bourgogne

Messagede patrice » 26 Oct 2010 12:24

Bonjour,
Je suis bien placé pour en parler puisque je me sers couramment d'un MEB pour observer des métaux.
On détecte des électrons secondaires, renvoyés par l’échantillon.

Juste une précision ou une correction ?
Les électrons primaires réagissent avec la matière donc avec les atomes présents dans l'échantillon et arrachent des électrons qui gravitent autour des noyaux de ces atomes. Ces électrons qu'on nomme e- secondaires pour les différencier, ne sont pas renvoyés comme en optique par réflexion mais bien par arrachement, par interaction e- primaire - échantillon. Il y a d'autres interactions : les électrons rétrodiffusés, et les photons X que l'on va détecter pour connaitre la nature des atomes présents sous le faisceau que Fred parle. il y a encore d'autres interactions selon la spécialité dans laquelle on travaille. Mais à chaque interaction identifiée, il faut acheter un détecteur 10000€ pour les moins chers, ce qui rend un appareil relativement cher 130000€ en entrée de gamme.
Bien amicalement
Patrice
Avatar de l’utilisateur
patrice
membre
membre
 
Messages: 779
Inscription: 05 Fév 2009 21:32
Localisation: Pontoise
Prénom: Patrice

Re: Visite à l'Institut Carnot de Bourgogne

Messagede Fredlab » 26 Oct 2010 13:08

Hello
Merci patrice pour cette correction/précision
J'ai voulu "simplifier", mais visiblement, ça n'était pas correct :oops:
La plupart des appareils présentés ci-dessus sont pas mal demandés par l'industrie métallurgique.

Merci aussi à Daniel pour les photos supplémentaires
La planète peut pourvoir aux besoins de tous, mais non pas satisfaire la cupidité de certains (Gandhi)
Avatar de l’utilisateur
Fredlab
membre
membre
 
Messages: 9428
Inscription: 27 Juin 2010 13:42
Localisation: Auxonne (21)
Prénom: Frederic


Retourner vers Balades naturalistes

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités