Une histoire de fourmis


Tous les insectes

Règles du forum

Tous les insectes

Une histoire de fourmis

Messagede 6le20 » 09 Oct 2017 04:24

Bonjour à tous.

J’ai eu la chance d’observer, le premier et le deux octobre 2017 (puis le 4), à Azille et à Montredon (11), le comportement des reines fourmis retombées au sol après l’accouplement. De ces observations est née cette petite histoire.

Ca y est, je sens que ça vient !
Depuis plusieurs cycles la nurserie royale est agitée, mais là il est clair que cette excitation augmente ! C’en est presque douloureux…

Avec mes sœurs princesses, nous nous pavanons de plus en plus survoltées dans notre robe d’ailes nuptiales. Nous exhalons des bouffées de phéromones de plus en plus souvent, de plus en plus fortes, nous stimulant nous mêmes. Des autres galeries nous arrivent l’odeur de l’excitation des princes, qui s’agitent d’autant plus que nous nous agitons… Un cercle vicieux qui s’amplifie par lui-même…

Mais je le sens dans chaque fibre de mon être, le moment pour lequel je suis née approche…

Et puis, tout d’un coup, mère envoie le vrai signal. Une bouffée de phéromone tellement forte que nous sommes d’abord pétrifiées par la saturation de nos sens. Nos petites bouffées d’émois de vierges n’étaient rien par rapport à ce tsunami olfactif…, juste l’ombre de l’ombre de ce que nous deviendrons capables, plus tard, si nous avons la chance de réaliser notre destin, si nous devenons reines à notre tour…
Pendant ces instants de paralysie, j’ai une immense bouffée de reconnaissance pour cette mère que je n’ai jamais vue, mais qui m’offre cette immense aventure.

Puis c'est le rush. Nous nous précipitons toutes en même temps vers les sorties de la colonie, dans une implacable volonté d’aller nous accomplir.

Pour la toute première fois je vois la lumière. Son origine est droit au-dessus de nous, un feu dans le ciel, et je fonce vers lui avec mes sœurs, prenant mon envol droit vers cette source éblouissante. J’ai vaguement conscience des princes qui sortent par d’autres galeries et qui prennent aussi leur envol.
Je monte, je monte, grisée par le vol, puisant ma force dans l’excitation extrême provoquée par la vague de phéromones envoyée par mère. J’oublie tout, je vole et seul cela compte. Même les monstres qui fondent autour de moi pour happer mes sœurs, ne me font pas peur. Rien ne peut m’atteindre : je vole !

Soudain, quelque chose s’accroche à mon abdomen. Je me tords en chutant pour voir ce qui m’agrippe ainsi. C’est un des petits princes…, un as de la voltige assurément, qui est parvenu à me saisir en vol. Indiscutablement un champion digne d’être le père de mes enfants ! Je le sens qui s’introduit en moi tandis que j’essaie tant bien que mal de continuer à voler en dépit de ce poids qui me tire vers le bas. Mais je finis par fatiguer et insensiblement je suis aspirée par le sol qui surgit bien trop vite. Je ne peux qu’espérer être assez loin de la colonie de mère…

Et c’est l’atterrissage, bien peu gracieux je le crains. Pour tout dire je me ramasse la gamelle du siècle !

Étourdie quelques instants, je reprends mes esprits et décide d’aller de l’avant, vers l’étape suivante de ma quête : trouver l’endroit parfait pour installer ma colonie.
Mais qu’est-ce donc ? Je sens un boulet qui me freine. Je me tords pour regarder derrière moi et j’aperçois ce couillon de prince qui est resté accroché par son organe copulateur. « Oh mec, c’est fini nous deux, dégage ! »

01-l'incruste-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche 01-l'incruste-LG.jpg (81.14 Kio) Vu 4149 fois


Tu parles d’un boulet, monsieur fait le sourd, monsieur tape l’incruste, alors je l’attrape avec les mandibules et l’arrache de mon corps. Vue les odeurs qu’il émet, ça n’a pas du être agréable. Mais bon, son job est terminé, alors que le mien commence à peine.
« Tchao man ! »
Tiens la seule photo que je possède du père de mes enfants :
02-le père de mes enfant-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche 02-le père de mes enfant-LG.jpg (81.82 Kio) Vu 4149 fois


Débarrassée du balourd, je pars d’un bon pas pour trouver l’Endroit pour m’établir et… je me ramasse encore une gamelle.

03-enfin libre-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche 03-enfin libre-LG.jpg (88.17 Kio) Vu 4147 fois


C'est cette traine nuptiale, mes longues ailes, qui me gène. Il faut que je m’en débarrasse au plus vite. Elles sont hors de portée de mes mandibules, alors j’improvise. Je me tortille et colle une patte arrière sur l’une d’elle et je tire de toute mes forces avec les cinq autres. Humphhh…, et d’une ! Pas très élégant, mais efficace !
Une fois la méthode acquise, ça ne traine pas, j’arrache les trois autres ailes en quelques secondes.

04-Arracher les ailes-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche 04-Arracher les ailes-LG.jpg (96.86 Kio) Vu 4146 fois


Enfin libérée, j’avance un peu sur cette surface de sable, de terre et de graviers. Je déambule un moment en cherchant les lignes d’énergie qui me diront que c’est l’endroit propice, tout en sentant monter en moi l’envie de creuser à n’importe quel prix. Je suis là, toute belle, toute luisante, toute noire sur cette surface claire promenant mon corps dodu comme une affiche « Protéines de premier choix »…

Car autour ça s’agite, j’entends des cris d’agonies de mes sœurs englouties par des lézards, des oiseaux, et qui sait quoi d’autre, qui viennent se gaver de notre généreuse constitution… Il s’agit de vite trouver un abri, de se le creuser, de s’y cacher… Ouhhh… que j’ai envie de creuser…, c’est trop angoissant cette attente de l’ombre qui peut m’engloutir à chaque instant…

05-A la recherche de l'endroit parfait-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche 05-A la recherche de l'endroit parfait-LG.jpg (93.81 Kio) Vu 4145 fois


Arghhhh…, je n’en peux plus, il faut absolument que je creuse. Ces deux graviers feront l’affaire, je le sens bien ce coin là !

Et me voila creusant des pattes et des mandibules, sortant grain à grain la terre de ce qui sera la première loge de ma fourmilière. Mais la terre est dure, compactée, il n’a pas plu depuis des mois et je dois batailler pour en extraire chaque grain de sable…
Je suis là, le cul en l’air, à sortir de minuscules particules. Il me semble que ça me prend un temps infini, que cela dure pendant des heures… Mais je n’ai pas le choix, poussée par l’instinct, je creuse coute que coute. Et puis pendant que je creuse, je ne pense plus, je n'ai plus d'angoisses, je suis totalement absorbée par ma tâche.

06-C'est là-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche 06-C'est là-LG.jpg (111.32 Kio) Vu 4145 fois


Pendant ce temps là, j’ai quand même vaguement conscience des mes sœurs qui creusent à proximité, des princes qui déambulent tout désœuvrés portant fièrement leur voilure qui ne traine pas au sol. Ils peuvent toujours se pavaner, pour eux c’est fini…

De toute façon, je n’ai pas le temps de faire dans le social, je creuse.

Il faut qu’avant la nuit je sois enfouie, dissimulée, car je sens déjà l’envie de pondre me tarauder les entrailles. Déjà ma salive change de gout pour prendre celui, unique, du passeport qui permettra à mes enfants de se reconnaitre.


Le lendemain, je ponds mes premiers œufs. Ils sont tout riquiqui, mais je les lèche consciencieusement… et je les engloutis sans m’en apercevoir… L’énergie qu’ils me donnent me permet de continuer mon effort et d’aménager une micro-nurserie pour élever moi-même mes premières ouvrières.

07-2 jours après-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche 07-2 jours après-LG.jpg (177.74 Kio) Vu 4147 fois


Bientôt, je pourrai enfin me reposer…, très bientôt. Enfin si l’on peut considérer que pondre sans arrêt est reposant…

Quand on y songe, c’est quand même une drôle de vie, une vie où l’on ne voit la lumière du soleil que quelques journées, qui sont, pour moi, à présent, terminées…
Enfin, pour les princes c’est bien pire, car royalement servis depuis toujours, ils étaient incapables de subvenir à leurs besoins et ils ont à présent tous disparu.

Et moi, au fond des galeries profondes, dans ma chambre royale, je mettrai au monde une multitude d’enfants et mes filles continueront notre histoire sans fin…
Et le souvenir de ces quelques journées lumineuses de dangereuse aventure me permettront d’accepter d’un cœur léger ma lourde tâche dans la sécurité de l’obscurité.



PS Il est quand même étrange que la reproduction sans fin entre frères et sœurs n’engendre pas une dégénérescence de l’espèce. Mais puisque cela fait plus de 100 millions d’années que cette façon de faire perdure chez ces Hyménoptères sociaux, il faut croire qu’ils possèdent une astuce de diversification génétique qui m’échappe.

PS 2 Si l'un de vous pouvait me donner un nom pour cette espèce de fourmis..., je lui en serai reconnaissant !
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + CAM 5 mg et Micro Paralux L3000 trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 3521
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain

Re: Une histoire de fourmis

Messagede Gérard-Breton » 09 Oct 2017 10:51

Bonjour Sylvain, tous,

Que ces fourmis, quelle qu'en soit l'espèce, ont de la chance d'être contées par un tel conteur... Il n'y a pas à dire, le conte est bon...

Cordialement

Gérard Breton
Gérard-Breton
membre
membre
 
Messages: 1205
Inscription: 24 Aoû 2013 21:26
Prénom: Gérard

Re: Une histoire de fourmis

Messagede 6le20 » 10 Oct 2017 06:26

Merci Gérard, ça compte beaucoup pour moi ! :mrgreen:
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + CAM 5 mg et Micro Paralux L3000 trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 3521
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain

Re: Une histoire de fourmis

Messagede PierreH » 10 Oct 2017 06:41

Bonjour,

c'est nous qui te remercions d'avoir partagé une si belle histoire naturelle !
Microscopes Zeiss WL, CP, DIC, épifluo, épiscopie HD, obj. Neofluar Phase, Plan-Neofluar 63, Optovar, écl. LED Seoul P4 3W
Stéréomic. Leica MZ12.5 Combi 3 Planapo 1x 2x, OPD Planapo 10x, écl. Schott KL1500LCD. Leica M3Z Plan Type S
Terrain Open University McArthur LED, Nikon Naturescope Mini, Emoscop SME LED, Belomo x10
Photomacroscope agrand. Kaiser modifié, Luminar 16mm, Apo-Rodagon N 50mm 2.8, Nikon CF 10 & 20x Plan EPI
APN Canon 450D téléc. USB, Fuji X10 Raynox DCR-250
Avatar de l’utilisateur
PierreH
membre
membre
 
Messages: 3122
Inscription: 13 Sep 2007 13:21
Localisation: Buzet-sur-Tarn près Toulouse
Prénom: Pierre

Re: Une histoire de fourmis

Messagede André » 17 Oct 2017 06:32

Ce récit me rappelle véritablement les Souvenirs entomologiques de J.H.fabre...merci Sylvain !
Amicalement
André Advocat

Logiciels:Microcartouche outil indispensable développé par Christian Aubert,Photoshop,Neatimage,Helicon

Le Naturaliste...le forum le plus regardé dans les terriers!
Avatar de l’utilisateur
André
Coadmin
Coadmin
 
Messages: 9845
Inscription: 28 Aoû 2007 22:12
Localisation: Citoyen du monde-Europe

Re: Une histoire de fourmis

Messagede 6le20 » 17 Oct 2017 09:26

Merci André !

André a écrit:Ce récit me rappelle véritablement les Souvenirs entomologiques de J.H.fabre...merci Sylvain !

C'est beaucoup d'honneur pour de l'anthropocentrisme revendiqué...

J'ai toujours eu une certaine facilité à me mettre dans la peau d'organismes improbables. J'ai vécu par exemple un été d'observation dans la peau de Sphaeroma hookeri..., ce qui n'est pas donné à tout le monde ! :mrgreen:

Exemple de Sphaérome.
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + CAM 5 mg et Micro Paralux L3000 trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 3521
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain

Re: Une histoire de fourmis

Messagede 6le20 » 24 Juin 2018 05:12

Bonjour à tous !

J'ai enfin un nom de genre pour cette observation : Messor.

Et même peut-être l'espèce... : Messor barbarus (Linnaeus, 1767)... connue des Corbières et plus généralement du littoral méditerranéen...

Mieux vaut tard que jamais... :mrgreen:
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + CAM 5 mg et Micro Paralux L3000 trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 3521
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain

Re: Une histoire de fourmis

Messagede YVES50 » 24 Juin 2018 18:31

Re

6le20 a écrit:J'ai vécu par exemple un été d'observation dans la peau de Sphaeroma hookeri..., ce qui n'est pas donné à tout le monde


Ouhla, ce n'est pas un isopode ce bonhomme ? (le lien ne fonctionne pas)

J'ai souvenir du Pr Lejuez qui était un spécialiste des sphéromes, il enseignait à la fac du Mans (72) durant ma première année.
Connais-tu ce grand homme ?
Cordialement,
Yves
Avatar de l’utilisateur
YVES50
membre
membre
 
Messages: 3011
Inscription: 05 Mar 2010 16:36
Prénom: Yves

Re: Une histoire de fourmis

Messagede Dutilleul9 » 26 Juin 2018 11:14

Bonjour à tous Sylvain,

Elle est bien ton histoire de fourmis ! C'est vrai qu'elles sont super organisées ces petites bêtes là. Une sorte d'espèce m'a attirée il y a quelques jours, il faudra que je les retrouve et me penche un peu au-dessus d'elles, elles sont joliment blondes.
Avatar de l’utilisateur
Dutilleul9
membre
membre
 
Messages: 1473
Inscription: 08 Juil 2017 14:13
Prénom: Catherine

Re: Une histoire de fourmis

Messagede vasselle » 26 Juin 2018 16:29

Bonjour Sylvain et à tous.
Merci pour ce récit Sylvain ;)
Et continue a nous faire partagé tes notes et tes observations que je trouve très bien réaliser et raconter.
Merci pour le partage
Cordialement seb
Leitz Laborlux K Trinoculaire
Canon EOS 1100D
Avatar de l’utilisateur
vasselle
membre
membre
 
Messages: 1357
Inscription: 03 Déc 2013 13:46
Localisation: Thouars,les Deux-Sèvres
Prénom: Sébastien
Skype: bass

Suivante

Retourner vers Entomologie (obs.)

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités

cron