Orchidées (Graines)

Règles du forum

Collections du forum
Pour poster dans cette partie, vous devez faire partie du groupe Collectionneurs.
C'est un groupe ouvert et nous répondrons volontiers à vos demandes (par MP svp).
Plus d'infos, voir ici

--------------------------------------------------------------------------------
Attention : Les images doivent être publiées directement sur notre serveur et non pas liées sur un autre site !

Les questions et réponses concernant les sujets des Collections sont à suivre dans la partie 1 (Q/R Collections).
Ne pas entamer de débats directement dans ces rubriques, merci d'avance !
--------------------------------------------------------------------------------

Orchidées (Graines)

Messagede PierreBeaud » 02 Avr 2010 15:24

C'est avec plaisir que j'inaugure ce nouveau sous-forum en présentant ces graines (espèce malheureusement inconnue!)
Leur longueur varie de 0.6 à 1 mm, la largeur pouvant atteindre 0.2 mm. L'embryon (ellipse centrale) a pour dimensions 0.15 x 0.10 mm. Un fin filet entoure l'embryon.
Ces graines sont anémophiles: elles utilisent le vent pour se disséminer. Leur petite taille est largement compensée par leur nombre : plusieurs centaines de mille pour une plante ! Mais leur mode de germination est tellement complexe que les nouvelles plantules sont rares.
graines-d'orchidee-25-x-fond-clair.jpg
Exif et Meta MicroCartouche graines-d'orchidee-25-x-fond-clair.jpg (209.79 Kio) Vu 2345 fois

GRAINES-D'ORCHIDEE-40-X--FOND-NOIR-6-IM.jpg
Exif et Meta MicroCartouche GRAINES-D'ORCHIDEE-40-X--FOND-NOIR-6-IM.jpg (215.49 Kio) Vu 2343 fois

Images compilées avec Helicon Focus.

L'article suivant, tiré de "Connaissance des orchidées sauvages" , de J-L Clément, éd. la Maison Rustique, 1978, présente et explique succinctement le mode reproductif de ces plantes en général ; de la folie.

CHAPITRE III
BIOLOGIE DES ORCHIDÉES ou l'évolution en action
Ce chapitre est consacré au développement de l'Orchidée que l'on suivra depuis la graine jusqu'à la fécondation dont les méca­nismes sont très évolués et sur laquelle nous nous arrêterons un peu plus longuement; nous étudierons, en dernier lieu, les rapports qui unissent les Orchidées à leur milieu tant physique que vivant.
GERMINATION
Les milliers de graines qui s'échappent de la capsule ne connais­sent pas toutes le même sort : la majeure partie d'entre-elles est détruite en raison du fait qu'elles ne sont pas anatomiquement viables (car l'embryon est inapte à se développer), ou bien que l'endroit où elles tombent n'offre pas les conditions nécessaires à la germination, ou bien enfin qu'elles servent de nourriture à quelqu'insecte.
Si la graine tombe dans un endroit propice à son développe­ment, elle ne peut germer qu'avec l'intervention de minuscules Champignons qui vivent dans le sol, généralement sur les racines d'où leur nom de « mycorhizes » (1). Ces Champignons Hypho­mycètes se présentent sous la forme de filaments (mycélium) micro­scopiques cloisonnés et pelotonnés. Plusieurs espèces s'associent (en symbiose) avec les Orchidées mais c'est le genre Rhizoctonia (ou Orcheomyces) qui est le plus fréquent et surtout le Rh. repens.
Jusqu'au XIXe siècle, on pensait que les graines d'Orchidées ne germaient jamais, ce qui paraissait bien étrange surtout après que le botaniste anglais SALISBURY ait observé quelques cas de germination. De même, les horticulteurs avaient remarqué que les graines qui tombaient au pied de l'Orchidée germaient quelque­fois, alors que celles que l'on es~ayait de faire pousser sur de la terre n'ayant pas déjà servi ne donnaient jamais la moindre plante, Cette observation restait sans explication.
Au début de notre siècle, un botaniste français, Noël BERNARD, découvrit fortuitement la clé du mystère. Au cours d'une prome­nade dans les bois, il avait recueilli des graines de Néottie dont certaines avaient commencé à germer; intrigué par ce phéno­mène inattendu, il examina les jeunes plantules sous le micro­scope, remarqua le champignon qui les avait envahies et comprit immédiatement que ce champignon vit en symbiose avec l'Orchi­dée dont il conditionne le développement.
Cette découverte a été capitale pour la connaissance des Orchi­dées, elle élucidait un problème qui jusqu'alors paraissait inso­luble et ouvrait ainsi la voie à l'Orchidoculture moderne.
Le champignon qui envahit la graine, atteint l'embryon dont la structure n'était qu'à peine différenciée: cette infection provoque instantanément le réveil de ce germe qui se transforme rapidement en une jeune ébauche de plantule (fig. 50, p. 31), N. BERNARD écrivait : « L'infestation entraîne une activité nouvelle des méristèmes, une croissance rapide des cellules embryonnaires ou des poils absorbants, c'est-à-dire la modification du tissu infecté ».
Au stade suivant, l'embryon forme une sorte de tubercule appelé protocorme qui porte, à la base, de petites racines et, au sommet, une minuscule plantule. A l'aisselle de cette plantule, commenceront bientôt à se former les racines adventives qui prendront le relai des rhizoïdes. Le protocorme se tubérise rapi· dement, sa partie inférieure s'élargit pour prendre la forme d'un tubercule lorsque l'Orchidée est pourvue de cet organe.
Le protocorme est soit couché, soit dressé, Dans le cas où il est couché la plantule se redresse pour former un angle de 90° avec lui; c'est le genre de développement que connaît par exemple la Néottie dont le protocorme en forme de dent de requin, est couché et dont la plantule est située perpendiculairement à lui.

(1) Certains auteurs écrivent mycorrhizes avec deux R en prétendant que c'est plus conforme à de solides données grammaticales (HATCH et DOAK, puis PEY­RONNET) alors que pour d'autres cette orthographe utilisée par les anglo-saxons est une hérésie étymologique,.
Avatar de l’utilisateur
PierreBeaud
Correcteur/Traducteur
Correcteur/Traducteur
 
Messages: 225
Inscription: 15 Sep 2008 21:46
Prénom: Pierre

Retourner vers Graines

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité