Balade dans les prés salés à Gruissan (11)

Présentez-nous ici votre région, votre environnement, votre biotope ...
Règles du forum

Présentez-nous ici votre région, votre environnement, votre biotope ...

Balade dans les prés salés à Gruissan (11)

Messagede 6le20 » 12 Mar 2017 10:40

Bonjour à tous
un petit texte écrit le 7 mars pour les miens que je vous partage volontiers.


Quand je sors du camion, il fait un de ces vents (rafales à 90 km/h) qui traverse tout et dont on sent bien qu’il a longé les Pyrénées avant de nous arriver dessus. Il fait froid en dépit des 9-10° officiels du thermomètre. C’est un de ces vents qui fait dire au gens du pays « Il y a du vent aujourd’hui ! » et ils vaquent à leurs occupations. Ici, c’est seulement quand les rafales dépassent les 120 km/h que l’on commence à parler de tempête…
Pré salé-Gruissan-7 03 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Pré salé-Gruissan-7 03 2017-LG.jpg (90.24 Kio) Vu 1655 fois


Bref il y a du vent, un soleil qui joue à cache-cache avec les nuages au-dessus de la mer.
Je suis au milieu des prés salés, au nord de la route littorale, au croisement de l’INRA à Gruissan (11). Je sors donc et me mets en mode naturaliste : « Observe tout, ne regarde rien… ». Comme d’habitude, je laisse mon instinct et mes yeux maitres de ma déambulation. Je serpente, fait demi-tour, m’agenouille et recommence…

Au bout de quelques pas je repère les fleurs roses de plantes qui ressemblent si fort à un Silène que c’en est un : Silene conica. Impossible de le photographier sur pied, le vent l’agite à tout va. Je coupe donc et photographie au sol.
Silene conica-3bFl-Gruissan-7 03 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Silene conica-3bFl-Gruissan-7 03 2017-LG.jpg (117.33 Kio) Vu 1655 fois


En lisière de pins parasols je vois deux population de Fumaria l’une blanche, l’autre violette : « Laisse tomber, c’est le foutoir à déterminer avec certitude ! » Puis mon œil est attiré par une première Orchidée (Ophrys occidentalis). Tiens un champignon, puis un autre et un autre, tous de la même espèce visiblement…, il est vrai qu’il n’a pas cessé de pleuvoir depuis octobre, la dernière grosse averse remontant à… hier ! Ça me remet en mémoire la morille des sables qui affectionne ce biotope. Car dans les prés salés, ils ne sont pas légion les champignons ! Quel dommage que je n’ai pas résolu le problème des sporées en mouvement… Je me heurte à deux problèmes, tout d’abord la fixation pour que le chapeau ne bouge pas de sa lame de verre pendant les déplacements, et l’humidité : si l’air est à 85% dehors, il l’est aussi dedans ! Et alors, bonjour les moisissures…
Il y a quelques tapis de mousses, mais aucun lichen parmi elles : ça change ! Faut dire que j’ai déjà une douzaine d’espèces en chambres humide qui font ce qu’elles peuvent pour m’enseigner l’humilité !

J’explore les entonnoirs de sable, recherchant vaguement ma Morille, mais je n’en trouve aucune. Dans mon souvenir, en plus qu’elle soit rare, je ne l’ai jamais rencontrée qu’en avril. Un mot sur elle : elle a l’odeur de la Morille, à vous faire saliver d’abondance…, mais cuisinée, elle se révèle décevante, quasiment aucun gout, juste un vague rappel lointain de que donnent aux papilles les esculenta. Et puis elle est gavée de sable fin qui craque sous la dent ! Il n’empêche que j’aimerai lui explorer l’asque pour en photographier les spores !
Mais à défaut, je rencontre un autre Ascomycète, une population de Pézizes insérées dans la mousse qui ouvrent leurs vasques juste à la surface de la mousse (Geopora arenicola).
Pezize sp-1b-Gruissan-7 03 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Pezize sp-1b-Gruissan-7 03 2017-LG.jpg (133.06 Kio) Vu 1654 fois


Juste à coté je rencontre une autre population d’orchidées, une autre Ophrys qui n’a pas complètement le look de l’Ophrys occidentalis que j’ai photographiée à quelques centaines de mètres d’ici, mais qui ressemble un peu à O. aranifera ou O. araneola. On verra bien si elle fait débat sur le forum de botanique… Faut dire que toutes ces espèces qui se croisent entre elles, donnent matière à discussion au travers de leurs innombrables hybrides ! Sans compter qu’il y a des intégristes chez les orchidiophiles…
Ophrys sp-3bFl-Gruissan-7 03 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Ophrys sp-3bFl-Gruissan-7 03 2017-LG.jpg (63.65 Kio) Vu 1654 fois


Je croise aussi des Lobulaires (Lobularia maritima), de beaux Lamiers (Lamium amplexicaule) aux fleurs si jolies…
Je passe un bon moment à genoux à jouer avec le vent et tacher de les immortaliser entre deux rafales...
Lamium amplexicaule-3bFl-Gruissan-7 03 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Lamium amplexicaule-3bFl-Gruissan-7 03 2017-LG.jpg (75.26 Kio) Vu 1654 fois
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + CAM 5 mg et Micro Paralux L3000 trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 3220
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain

Re: Balade dans les prés salés à Gruissan (11)

Messagede 6le20 » 12 Mar 2017 10:40

[suite]

Plus loin, je rencontre encore une Orchidée, la grande, que dis-je, la géante qui peut dépasser mes 50 cm : Himantoglossum robertianum, l’Orchis géant ! Curieusement presque toutes sont déracinées, visiblement par des lapins qui creusent pour accéder au-dessous et surement consommer les deux (ou trois) réserves bulbeuses que la plante se constitue… Orchis voulant dire testicules en grec comme en latin…, tu vois l’analogie !
Himantoglossum robertianum-3a-Gruissan-7 03 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Himantoglossum robertianum-3a-Gruissan-7 03 2017-LG.jpg (86.44 Kio) Vu 1639 fois


Mon téléphone, qui me sert d’appareil photo, m’informe qu’il est au bout de la batterie quand je tombe sur un mini-Géranium bicolore (Erodium cicutarium ?), à la fois en fleur et en fruit, qui pousse au milieu d’une flaque de lichens couleur d'omelette mal mélangée, qui s’étend à même le sol (Fulgensia fulgens). Je m’allonge carrément pour les photographier. Le fruit, à droite, mesure exactement 40 mm !
Erodium-1a-Gruissan-03 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Erodium-1a-Gruissan-03 2017-LG.jpg (153.5 Kio) Vu 1639 fois


Plus de batterie du tout, le téléphone s’éteint, retour à la case camion pour recharger. Evidement, je tombe alors sur la seule Asphodèle en fleur que j’ai vue ! Tans pis, je reviendrai dans une heure… Le temps de classer, étiqueter, tenter quelques déterminations et d’écrire ce petit texte.

Ceci fait, je retourne alors voir mon Asphodèle (Asphodelus fistulosus) et lui tirer le portrait.
Asphodelus fistulosus-3cFl-Gruissan-7 03 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Asphodelus fistulosus-3cFl-Gruissan-7 03 2017-LG.jpg (99.21 Kio) Vu 1639 fois


Un spectateur qui m’aurait observé durant ces deux heures de balade ventilée, m’aurait pris surement pour un foldingue au comportement erratique, s’agenouillant, repartant en zigzag, se mettant à quatre pattes le cul bien dressé en l’air, ou carrément à plat ventre… Mais c’est là ma façon d’être naturaliste !

En plus de ces observations, j’ai ramassé quelques coquilles, des Dentales (Dentalium jesaiplukoi) déposé là il y a des millénaires, au milieu des pétoncles (Glycimeris j'mesouvienplus) du même âge, de jolis Trochoidea trochoides actuels, observé la croissance des futures aiguilles de Pin parasol, examiné des boutons floraux en devenir de diverses plantes (il est encore tôt pour certaines), bref papillonné comme je l’aime à le faire d’un vivant à l’autre…

De cette ballade j’aurai ramené une espèce de lichen (Fulgensia fulgens), une Pézize qui reste à déterminer (Geopora arenicola) et cinq enveloppes à pollen, auxquelles s’ajoutent des dizaines de photos, des heures et des heures de traitement…, des heures et des heures de bonheur !


Car, à mon sens, s’il est bien une chose qui différencie l’Homme du reste des vivants, c’est bien sa capacité à s’émerveiller de toute les autres formes de vie… En cela, il est réellement unique !
C’est peut-être cela que les Amérindiens voulaient dire en affirmant que nous étions responsables de toutes les formes de vie…, que nous devions les aimer et les protéger, car au final nous en sommes dépendants, pas seulement par la nourriture du corps, mais aussi et fondamentalement, par celle de l’esprit.

O métakuyé o yassine ! [Adage Sioux]
Nous sommes tous reliés aux racines (traduction libre)
Amicalement

Sylvain
Bestiolomane-plantophile



Bino Olympus SZIII + CAM 5 mg et Micro Paralux L3000 trino + Panasonic G5
Avatar de l’utilisateur
6le20
membre
membre
 
Messages: 3220
Inscription: 04 Aoû 2015 15:34
Localisation: Corbières
Prénom: Sylvain


Retourner vers Votre environnement

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité